NOS ATHLÈTES DE HAUT-NIVEAU

Le Stade Français est un club sportif dont la vocation première est l’éducation des jeunes par le sport.

;

Riadh Tarsim : objectif or aux JO de Paris 2024

Double champion du monde de paracyclisme et médaillé d’argent au JO de Tokyo, Riadh Tarsim est déterminé à gagner toujours plus de titres et cette année, il est en route pour les Jeux Olympiques de Paris, où il espère remporter l’or. 

C’est en 2006, après un accident en montagne et une fracture de la colonne vertébrale ce qui le rend paraplégique que le natif de Zarsif, en Tunisie, a ses premiers contacts avec le handbike. « J’ai un ami, lui aussi en fauteuil, que j’ai initié au basket et, petit à petit, il s’est tourné vers le paracyclisme et m’a intégré dans cette discipline. Dès le départ, j’ai tout de suite adoré. Quand vous êtes en fauteuil, vos déplacements sont limités, alors qu’en paracyclisme on a l’impression de se dépasser. On peut atteindre des pointes de vitesse jusqu’à 150 km/h, c’est un sport incroyable. » 

Maintenant reconnu comme l’un des meilleurs de sa discipline, le membre de l’équipe de France prépare intensément les deux prochaines étapes de Coupe du Monde et espère décrocher son ticket pour les prochains JO de Paris.


« J’espère pouvoir briller pour le club et la ville »

Riadh Tarsim, dont le parcours sportif est suivi avec intérêt par la ville de Paris (vidéo de présentation), évolue au sein du Stade Français et représente un espoir de médaille pour nos athlètes handisport. Alors que les Jeux Olympiques de Paris se rapprochent à grands pas, cet athlète a à cœur de se préparer au mieux pour réaliser ses rêves olympiques, la médaille d’or. « J’évolue au Stade Français, club qui a toujours su m’encadrer et m’accompagner dans mes courses, j’espère pouvoir briller pour le club, pour la ville, ça me tient vraiment à coeur.»

Pour espérer faire partie de la sélection française l’été prochain, Riadh devra briller sur les deux dernières étapes de Coupe du Monde en Italie et en Belgique et après, il pourra exclusivement s’entraîner sur un parcours qu’il a déjà rencontré. « J’ai fait une première reconnaissance en voiture, la piste correspond parfaitement à ma morphologie, il y a 2 bosses d’environ 1km et 800m avec un final après la bosse. Ça risque d’être une course intense, je vais m’entraîner sur cette zone, car il faut que je gagne.»

« Le savoir permet l’anticipation »

Comme dans le sport, Riadh Tarsim brille dans le monde du travail. À la tête d’une entreprise de transport routier, qu’il a créée en 1996, l’athlète français ne se fixe pas de limite. « Nous étions 7 quand j’ai eu l’accident, maintenant nous sommes plus de 150 salariés, je veux montrer que c’est possible.» Et pour en rendre compte, il intervient auprès de la jeunesse, mardi 7 novembre encore, il était l’invité d’une école primaire pour sensibiliser et mobiliser la jeunesse à l’inclusion. « C’est très important pour moi de transmettre. Je pense que le savoir permet l’anticipation, lorsque j’ai eu mon accident, je me suis remis très rapidement (en 4 mois) là où certains mettent des années, car je connaissais déjà le monde du handicap. »

En dépit de son emploi du temps très chargé, Riadh est toujours disponible pour le club, pour faire passer des messages auprès de nos jeunes.

Mathis POIROT GODOY

Stéphanie Gicquel

Écrivaine, avocate, sportive de haut niveau, Stéphanie Gicquel n’a que 41 ans mais on peut croire qu’elle a vécu plusieurs vies. Originaire de Carcassonne, elle a toujours été passionnée par le sport, sans se rendre compte des capacités qu’elle possédait. « À l’école, je gagnais beaucoup de cross. J’ai gagné mes premiers championnats de France sans entraînement spécifique, mes inspirations étaient souvent dans ce que j’observais, j’ai compris tard que je pouvais être sportive de haut niveau». Mais avant d’en prendre conscience, Stéphanie a commencé par des études de droit, après avoir obtenu son diplôme et réussi le barreau, elle s’est engagée dans une carrière d’avocate d’affaires.

Elle a jonglé avec succès pendant près de 10 ans entre les exigences du monde juridique et son amour pour la course d’endurance, mais progressivement la future membre de l’Equipe de France, choisira de quitter ce travail pour devenir athlète de haut niveau. « La transition a été assez fluide. Quand j’étais jeune, mon rêve était de voyager, c’était ancré en moi. J’ai toujours eu conscience que la vie est courte et qu’il faut aller vers ce qui nous fait vibrer, c’est ce que j’ai décidé de faire. » Sa ténacité et sa persévérance l’ont propulsée vers des succès notables, y compris deux titres de championne de France des 24 heures en 2018 et 2022. Elle est également la détentrice du record de France des 24 heures, ayant parcouru une impressionnante distance de 253,58 kilomètres.

Objectif moins de 8 heures

Le 30 septembre dernier, elle battait un nouveau record sur l’un des 100km les plus célèbres de France, celui de Millau en 8h21’33. « La course s’est bien passée au niveau des jambes, j’ai été surprise, j’avais les jambes de feu. Par contre, au niveau du haut du corps, un peu plus compliqué. J’ai été en hyperglycémie, ce qui a été pénalisant. Sans ces problèmes, et avec une préparation adéquate, je peux passer sous la barre des 8 heures».

Son talent l’a également conduite à la scène internationale. En 2022, Stéphanie Gicquel a remporté le titre de vice-championne d’Europe des 24 heures. Elle a aussi représenté la France en tant que vice-championne du monde de 100 km.

Mais Stéphanie Gicquel est bien plus qu’une athlète d’ultra-fond, elle est une exploratrice intrépide. En 2015, elle a établi un record en réalisant le plus long raid à skis jamais accompli par une femme en Antarctique (2 045 km en 74 jours). Elle est aussi la première française à avoir couru un marathon autour du pôle Nord par −30 °C.

« ll faut apprendre à se connaitre soi-même »

Figure de l’adaptation en conditions extrêmes, elle participe régulièrement à des travaux avec des experts (INSEP…) sur la capacité d’adaptation du corps humain aux épreuves d’endurance et aux stress environnementaux. Les résultats de ces études font l’objet de publications dans des revues scientifiques et sont partagés dans des événements. «Je regrette qu’il n’y ait pas plus de cours sur l’importance du corps humain, comment fonctionne-t-il ?, le lien corps esprit, pourquoi fait-on du sport à l’école ?
On attache beaucoup d’importance aux matières devenues essentielles, mais il faut apprendre à se connaitre soi-même pour être en bonne santé, pour éviter un maximum de problèmes. »

C’est pourquoi, en plus de ses réalisations dans le domaine de la course, de l’écriture… Stéphanie Gicquel réalise des conférences et intervient auprès d’entrepreneurs et de la jeunesse. Elle considère ces activités comme une responsabilité importante, sachant que son parcours unique peut inspirer la prochaine génération. «Je veux également transmettre qu’il faut croire en ses rêves. Il y a eu tellement de fois où on me disait que c’était impossible, j’aurais pu abandonner et j’ai persévéré, ça me semble indispensable d’aller à la rencontre et de dire qu’on peut tous y arriver».

Pour l’année à venir, Stéphanie compte bien continuer de repousser ses limites et rêve de nouveaux records. Elle souhaiterait, améliorer le record du monde sur 24h, se préparer exclusivement à un marathon ou encore améliorer son record sur les 100km de Millau… nous devrions encore entendre parler d’elle.

Pour plus d’informations sur le parcours de Stéphanie Gicquel rdv sur son site internet .

Mathis POIROT GODOY

Marion Rafin, des dilemnes à venir

Elle n’a que 16 ans et elle fait partie des 15 meilleures épéistes françaises de sa catégorie. Notre Stadiste, Marion Raffin, brille chaque week-end sur des compétitions à travers la France, mais à partir de l’année prochaine, un dilemme se pose à elle, allier sport de haut niveau et étude, « c’est un très gros investissement, il va falloir que je fasse des choix. » 
 
Avant de se tourner vers l’escrime, Marion a exploré divers sports comme l’équitation et le tennis. Mais c’est à l’âge de 10 ans, lors d’un repas de famille, que sa curiosité l’a conduite à découvrir cette discipline. « La fille de mon parrain pratiquait, elle m’a donné envie de la suivre et depuis, je ne me suis plus arrêtée. » 

Très douée dès ses débuts, elle a terminé à la 2ème place de la plus grande compétition internationale de sa catégorie en 2018, alors qu’elle n’avait qu’une petite année d’expérience. « Elle a beaucoup de talent, elle a commencé au Stade et a très vite atteint un bon niveau. Elle peut faire encore mieux », nous confie son coach.

 

« Il y a des solutions »


Actuellement en classe de terminale, cette progression pourrait peut-être ralentir dès la rentrée prochaine. Aussi douée dans ses études qu’avec une épée, Marion souhaiterait devenir chirurgienne et espère pouvoir continuer à concilier ces deux disciplines, essentielles à sa vie. «Pour l’instant, je mise plus sur l’école que sur l’escrime. J’ai vu certains établissements qui proposent une année à faire sur 2 ans, il y a des solutions. »
 
Trouver un équilibre entre ses passions sportives et académiques est devenu un défi quotidien. Elle explore des stratégies pour gérer son temps de manière plus efficace, utilisant les moments entre les cours et les déplacements pour se concentrer sur ses devoirs. Par chance, elle peut également compter sur le soutien de ses enseignants, « mes profs restent très compréhensifs, quand j’ai des examens et que je suis en compétition, je peux les déplacer ou les rattraper. »
 

Objectif Equipe de France 

 
Bien que ce choix ne soit pas facile à préparer, Marion est une jeune escrimeuse ambitieuse qui s’est fixé un objectif : intégrer l’équipe de France. Une aspiration qui ajoute une couche supplémentaire à un emploi du temps déjà très complet. « Il faut que je continue de beaucoup travailler, mais je pense que c’est réalisable », affirme-t-elle. 
 
Pour y arriver, elle s’entraîne 3 à 4 fois par semaine en fonction des compétitions et effectue de nombreux déplacements à travers la France et l’international. À plusieurs reprises, elle a participé à la Coupe du Monde et s’est classée autour de la 30ème position. Une performance qu’elle considère un peu «décevante », mais qui représente une belle préparation pour la jeune Stadiste, présente sur liste ministérielle (pour être reconnu sportif de haut niveau, un athlète doit être inscrit sur liste ministérielle, agencées par le ministère des Sports).
 
En plus de ce statut, Marion peut également compter sur le soutien de son entourage. Ses parents, bien que conscients des défis qui se présentent à elle, encouragent son rêve. Son entraîneur, également conscient des exigences, continue de la pousser à donner le meilleur d’elle-même à chaque entraînement et à chaque compétition. «J’aurais pu peut-être intégrer des pôles comme celui d’Aix-en-Provence où j’ai fait plusieurs essais, mais ça ne me convenait pas. « C’était marche ou crève ». Ce que j’aime au Stade Français, c’est la proximité. Le cadre du Stade Français me correspond beaucoup plus. Je connais mon maître d’armes depuis le début, donc nous avons une très bonne relation. »
 
Le dilemme de Marion reflète le défi que de nombreux jeunes talents rencontrent. Trouver l’équilibre entre la passion pour le sport et l’engagement académique, ce qui exigera d’elle, d’être en garde…

Lucie Belbeoch : Paris 2024 dans le viseur

De la danse, de l’escrime, de la natation… Lucie Belbeoch a pratiqué de nombreuses disciplines avant de trouver sa vocation. C’est en voulant suivre les traces de son frère, que la native de Brest fait ses premiers pas sur l’eau et se lie avec ce sport qui deviendra, quelques années plus tard, son quotidien.

Tout de suite, la véliplanchiste montre des qualités indéniables et enchaîne les bonnes performances en compétition. Elle participe notamment, à son premier championnat de France minimes, l’année de ses débuts, et intègre quelques années plus tard le pôle espoirs voile de Brest et décroche ses premières médailles nationales. 

« Je dois être prête dans tous les aspects » 

C’est en 2018 que sa carrière prend un tournant. Lucie Belbeoch, s’installe à Paris pour continuer ses études à l’ESCP et intègre le Stade Français. « Un contact à la ligue de voile d’Île de france m’a proposé deux clubs, dont le SF. J’ai rencontré Jean-Philippe LE CHEQUER, président de la section, tout de suite, le courant est bien passé. Sa motivation, son dynamisme, m’ont donné envie, et le projet qu’il voulait mener me convenait parfaitement. Nous nous sommes directement très bien entendu car nous portions les mêmes valeurs». Un an plus tard, cette collaboration portait ses fruits puisque notre stadiste, intégrait l’Équipe de France de Voile !

Depuis, Lucie Belbeoch mène une vie très rythmée entre travail, dans une banque à Brest, et entraînement, 3 à 4 sorties de 2 heures en mer avec des travaux en salle pour le cardio et le renforcement musculaire. « La voile est un sport où il faut être très complet, je ne dois rien négliger car je dois être prête dans tous les aspects ».

« Il faut que je trouve une stabilité » 

Le vrai objectif, depuis quelques années maintenant, pour Lucie Belbeoch, se déroule en France l’été prochain. Vainqueur de la première manche de Coupe du Monde à Palma en avril dernier, la membre de l’Équipe de France est consciente qu’elle est proche de réaliser son rêve, participer aux JO de Paris. « L’année 2023 est en dents de scie pour moi, je réalise ma meilleure performance de tous les temps à Palma, mais un mois plus tard, je termine 46ème lors des Championnats d’Europe. Ça me fait un peu douter mais il faut que je trouve une stabilité pour les prochaines échéances. »

Dans sa discipline, l’IQFoil, seulement un athlète par catégorie (H/F) représentera la France l’été prochain à Marseille. Les prochaines échéances donc, en Janvier et Avril 2024 à Lanzarote et aux Baléares pour la deuxième et troisième manche de Coupe du Monde, seront peut-être les plus importantes de la carrière de notre athlète. « Ces compétitions détermineront la fille qui sera sélectionnée. Nous sommes 4 à prétendre à cette place, je suis actuellement 2ème, il faut tout faire pour passer devant.» 

En juillet dernier, Lucie était la seule française a participer au Test Event, cette compétition officielle organisée par Paris 2024 et dont l’objectif principal est de tester techniquement le site de compétition et de prendre ses marques dans un plan d’eau qu’elle connaît déjà très bien. « Depuis petite, je fais beaucoup de compétition à Marseille. C’est un plan d’eau très atypique, très technique. L’été, il y aussi des conditions climatiques à prendre en compte, il va falloir s’adapter, se préparer. »

On espère donc que Lucie « ne tombera pas » à l’eau et obtiendra son ticket pour l’été prochain. 

Mathis POIROT GODOY

Joachim WALKER VIRY, objectif grand chelem !


À seulement 14 ans, Joachim Walker Viry est déjà classé 3/6 et fait partie des 10 meilleurs joueurs français de sa catégorie. Pour atteindre son rêve, devenir joueur professionnel, le licencié du Stade Français est sur la bonne voie, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

C’est assez tardivement, à l’âge de 10 ans, que Joachim a tapé ses premières balles sur les courts de tennis. Avec son père, fan de ce sport depuis très jeune, il s’entraîne une fois par semaine sur le bord du périphérique. « Pour me tester face à l’adversité, on m’a challengé en m’inscrivant à des tournois. J’ai tout de suite été pris par ces sensations, donc j’ai continué plus intensément. »

Très rapidement, le jeune joueur gravit les échelons et, en recherche de club pour améliorer son niveau de jeu, il se fait repérer par Pierre Chamoret, entraîneur au Stade Français, et accroît son rythme d’entraînement. « J’ai directement remarqué ses qualités naturelles. Il est plutôt doué et a des facilités. Il ne faut pas qu’il se repose sur ça, mais c’est un joueur qui est fait d’un bois différent », explique son coach.

Aujourd’hui, le jeune joueur rêvant de remporter les 4 Grands Chelems s’entraîne 4 après-midi par semaine, alliant travail physique et technique pour développer au mieux son corps et son jeu. En complément, pour organiser son emploi du temps, il est en sports études, en classe de seconde, au lycée Claude Bernard dans le 16ᵉ arrondissement.

Aussi doué sur les cours qu’à l’école, Joachim a un an d’avance et souhaiterait intégrer une école américaine pour atteindre l’un de ses autres rêves, si le tennis de haut niveau n’aboutit pas, créer une voiture volante. D’ailleurs, ce n’est pas anodin si Elon Musk est l’une de ses sources d’inspirations.


« Il me manque le mental et je serai au top »

Mais malgré le potentiel évident et les qualités de Joachim, il est crucial que son entourage et lui-même évitent de brûler les étapes dans sa quête professionnelle. Les jeunes talents ont souvent tendance à se précipiter, sans se concentrer suffisamment sur leur développement à long terme. « Il ne faut pas que l’enfant le vive comme un échec si tout s’arrête. Il est encore très jeune, il faut le laisser vieillir, mais le prévenir pour ne pas tomber dans la dépression, la perte de confiance en soi… » Les années à venir seront donc charnières pour sceller la future carrière (ou pas) de ce jeune talent ayant pour modèle Holger Rune, actuel 8e joueur au classement ATP.

Il est clair, son entourage s’accorde à dire que Joachim peut espérer atteindre ses objectifs, mais une attention particulière doit être accordée à son encadrement et à sa préparation mentale. « Nous sommes dans une période de transition. L’année qui s’est écoulée, en termes de résultats et d’évolution personnelle, je ne la juge pas bonne. Il n’a pas progressé et je ne lui mettrai pas les encouragements, malheureusement. J’estime qu’il ne se remet pas assez en question. » juge son entraîneur. « Mais je reste assez confiant pour la suite et je pense que le travail va payer, car il aime le tennis. Il pourrait jouer 12 mois sur 12, par exemple, l’été dernier, ses résultats n’étaient pas bons, il a joué tout le mois d’août pour s’améliorer. » continue-t-il.

Se rendre compte et faire un travail sur soi à 14 ans peut prendre du temps, la rigueur exigée par son entraîneur est nécessaire pour mener Joachim vers le haut. Intégrer ces stratégies dans son parcours tennistique peut être la clé pour atteindre son plein potentiel, « il me manque le mental et je serai au top », reconnaît le participant des Petits As 2023.

En prenant conscience et cultivant une mentalité positive, il peut non seulement devenir un joueur de tennis de haut niveau, mais aussi un individu résiliant dans la vie de tous les jours prêt à relever tous les défis de la vie.

Mathis POIROT GODOY

Valentin Bertrand, le dernier saut pour une médaille aux Jeux 

Valentin Bertrand est notre premier stadiste qualifié pour les Jeux de Paris depuis le 15 juillet dernier, date à laquelle il a décroché la 3ème place au saut en longueur (T37) lors des championnats du monde de para-athlétisme à Charléty. Cet exploit, couronne dix années d’efforts et permet au natif de Neuilly-sur-Seine de se qualifier directement aux prochains Jeux Paralympiques tout proches de chez lui, à Paris. Après deux 8ème places lors des Jeux de Tokyo et Rio, notre Stadiste vise plus haut. 

Naviguant pendant de nombreuses années entre le tennis, le ski ou encore le foot, Valentin Bertrand découvre l’athlétisme à l’âge de 15 ans grâce à un ami. Arrivé sur le tard dans la discipline, il s’est rapidement distingué dans le sprint et le saut en longueur. «Je remercie Alexandre de m’avoir initié (rires). Au début je n’ai pas du tout adhéré, mais petit à petit, je me suis rendu compte des capacités que je pouvais avoir dans des compétitions et j’ai commencé à vraiment accrocher. » À la veille de ses 18 ans, il obtient sa qualification pour les Championnats du Monde élite à Lyon, simultanément à l’obtention de son baccalauréat. 

Hémiplégique de naissance, avec une paralysie à 50 % de la jambe et du bras droits, Valentin Bertrand n’a jamais laissé son handicap entraver sa passion pour le sport. « Dans la vie d’un jeune enfant, il y a toujours des hauts et des bas. Il y a eu la période d’acceptation, très jeune, une fois que je me suis adapté ça allait beaucoup mieux. »

Depuis ses débuts, Valentin a toujours été licencié au Stade Français. Pour lui, entre autres, le club a développé une section handisport et lui a permis de s’entrainer et de tenir une régularité. « Le Stade ne m’a jamais lâché, je suis fier de représenter le SF car ce club prône de vraies valeurs. À l’image d’Aurély Gustave, qui continue encore de me suivre et de m’inscrire à des compétitions. Je lui suis et je serai au club toujours reconnaissant.»
 

« Dans les jeux paralympiques il y a jeu, il ne faut pas l’oublier »

En quelques années, Valentin Bertrand a accompli un parcours remarquable. Après des débuts au niveau international en 2013, il décide de se concentrer exclusivement sur le saut en longueur, délaissant le 400 mètres. Malgré son handicap, il évoque la nécessité de se mettre dans un état physique et mental optimal pour atteindre le plus haut niveau, tout en relativisant. « Ma devise est d’être sérieux sans se prendre au sérieux. Oui je m’entraîne tous les jours, je le fais sérieusement, mais je reste Valentin le mec qui fait des blagues à deux balles et qui aime passer du bon temps. J’espère que je reste la même personne avec et sans médaille. » 

Depuis quelques années Valentin a pris du recul sur la situation, il est très heureux de pouvoir participer aux Jeux « chez lui » mais ne se met pas plus de pression que sur une autre compétition internationale. « Dans les jeux paralympiques il y a jeu, il ne faut pas l’oublier. On fait monter la sauce au vu de la grandeur de la compétition et on donne des émotions, mais on n’est pas des médecins ou des pompiers qui sauvent des vies tous les jours. »

En ce moment, notre athlète est en grande préparation pour l’échéance estivale et se prépare à Tenerife où il réalise une dizaine de séances par semaine alternant musculation, athlétisme, cardio ou encore des séances techniques de saut et de sprint. « Je suis avec un groupe hollandais et dans quelques mois je rejoindrai l’équipe de France pour m’entrainer à l’INSEP.» 

« J’aime apprendre et partager »

Valentin Bertrand espère que le public reconnaîtra pleinement la valeur de l’handisport cet été, soulignant que les athlètes paralympiques atteignent des niveaux de performance exceptionnels. « Sur le 100m, le record du monde est de 10 secondes71 (T44), peu de valides le font ».

Au cours de ses dix années de compétition, il a observé des changements significatifs dans la perception de l’handisport, se réjouissant de l’évolution des mentalités. Il note également une professionnalisation croissante dans des pays comme la France, avec le soutien accru de sponsors. « Comme des valides nous sommes des professionnels, ça représente énormément de temps dans nos vies. »

Diplômé d’une licence STAPS et d’un master en management du sport, Valentin Bertrand a déjà pensé à sa reconversion. Il aime transmettre à la jeunesse et a déjà participé à de nombreuses conférences. « J’aime apprendre et partager mon savoir. J’interviens dans des collèges, lycées, universités. Voir des jeunes athlètes progresser, c’est également quelque chose que j’apprécie. » «Je me suis entrainé avec des plus jeunes, pouvoir leur donner des conseils, les aider comme je peux, c’est toujours motivant. L’éducation me tient à cœur car c’est quelque chose d’important pour moi. »

Dans l’attente des prochains Jeux paralympiques, Valentin Bertrand poursuit son entraînement avec une ambition claire « faire aussi bien qu’aux Championnats du Monde (médaille de bronze) voir mieux.»

Mathis POIROT GODOY

Alexandre Chalendar, l'un des espoirs natation française

Il a 17 ans et est considéré comme l’un des espoirs de la natation française. Alexandre Chalendar est un jeune nageur figurant sur liste ministérielle. Il a intégré l’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) depuis près d’un an. Au sein de cet institut, il fait partie d’un groupe d’une quinzaine de sportifs de haut niveau dirigé par Michel Chretien, entraîneur de l’Équipe de France.

Issu d’une famille de très bons nageurs, Alexandre a été plongé dans le monde de la natation à l’âge de 6 ans, tout en pratiquant le football pendant quelques années. « Aujourd’hui encore, le football occupe une place importante dans ma vie, je continue de suivre le PSG quand j’ai le temps ». Dès l’âge de 12 ans, il  décide de se consacrer exclusivement à la natation, établissant déjà une Meilleure Performance Française (MPF) de sa catégorie d’âge au 100m nage libre lors des Championnats de France. « Depuis mes débuts, j’ai toujours été doué. Je nageais à Boulogne, et en l’espace d’un mois ou deux, je suis devenu le meilleur nageur de mon groupe ».

Après quelques années passées à l’ACBB, il a décidé, avec son frère, de s’engager à Courbevoie (Stade Français). « C’est un très bon club. Je suis arrivé avec un premier coach pendant une demi-saison, puis j’ai continué avec Sofiane Daid, qui reste toujours mon coach en club. C’est un très bon entraîneur qui m’a fait progresser et m’a permis d’intégrer l’INSEP au Bois de Vincennes ».
 

L’INSEP, un tremplin vers le haut niveau

La saison 2022-2023 a été marquée par des performances exceptionnelles pour lui. Aux Championnats de France Juniors, en bassin olympique, à Chartres en avril 2023, il a battu ses meilleurs chronos personnels sur 50, 100 et 200m nage libre, et a été sélectionné pour les Championnats d’Europe Juniors à Belgrade, où il a remporté 3 médailles en relais.

Au vu de ses performances, Alexandre a intégré l’INSEP en septembre dernier. Un changement total d’un point de vue sportif, car depuis son arrivée, le Clodoaldiens n’a cessé d’améliorer ses chronos. « Sur 200m, en petit bassin, j’ai gagné environ 7 secondes en 1 an et demi. Je me suis amélioré dans toutes mes courses, surtout dans ma spécialité, le crawl. » « Pour me perfectionner, je dois maintenant travailler ma coulée car je suis un nageur de surface ».

Mais cette amélioration n’est pas le fruit du hasard. Notre Stadiste est passé de 6 à 11 entraînements par semaine (du lundi au samedi matin), avec des séances de musculation en complément. Cela représente plus d’une vingtaine d’heures hebdomadaires. Les week-ends, contrairement à certains de ses camarades, quand il n’est pas en compétition, il rentre chez lui et retrouve sa famille, ce qui a facilité sa condition de pensionnaire et protège son équilibre.

En plus de ce rythme effréné, Alexandre doit également être assidu dans sa scolarité. Actuellement en classe de terminale option mathématiques et physique-chimie, le futur bachelier aimerait poursuivre ses études supérieures dans le domaine des sciences. Pour l’aider, l’INSEP aménage ses heures de cours, principalement le matin après une première séance d’entraînement. « C’est important pour moi de continuer les cours, et l’INSEP fait en sorte de présenter des écoles (postbac) me permettant de concilier sport de haut niveau et études. Hier, par exemple, nous avons eu une intervention sur un nouveau Bachelor créé par l’ESSEC et Science Po ».

Pour la fin de la saison, Alexandre a des objectifs clairs : les Championnats de France Junior à Chalon-sur-Saône, qualificatifs pour les Championnats d’Europe, puis les Championnats de France Élite à Chartres, mais aussi… le baccalauréat.

Mathis POIROT GODOY